Émission #174 du 16 janvier 2020 – Parfa

Merci de partager...Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
Share on Reddit
Reddit
Émission #169 du 3 octobre 2019 – Le titre
Pour télécharger le fichier, faites un click-droit sur le lien ou l’image puis sélectionnez Enregistrer sous dans le menu contextuel

Téléchargement MP3 – [ 58 min 54 s | 34.0 MB ] 16 janvier 2020
Téléchargement OGG – [ 58 min 54 s | 42.3 MB ] 16 janvier 2020

AVERTISSEMENT! Ce podcast peut contenir du langage inapproprié ou vulgaire et peut ne pas convenir à tout le monde.

Animateurs: Patrick et Sandrine

Parfa

  • Expression utilisée au Québec qui veut dire : Parfait

La techno

Geekage personnel, revue de logiciels et distributions Linux, smartphone, gadgets et tout ce qui a trait à la technologie

Patrick

Nouvelle extension pour TT-RSS

Google Authenticator

  • SIM Swapping
    • Le terme désigne le fait de « voler » le numéro de téléphone portable de quelqu’un. Ça ne nécessite pas vraiment une grande expertise technique mais plutôt des habileté en ingénierie sociale. Dans les cas les plus courants de piratage par « SIM swapping », le pirate contacte le service à la clientèle de votre opérateur et essaye de se faire passer pour vous. Votre numéro est rattaché à une carte SIM : C’est la  petite puce dans votre téléphone qui vous identifie et vous permet de faire des appels, envoyer des SMS et de vous connecter aux réseaux 3G et 4G.
    • Le pirate va invoquer la perte, une malfonction ou le vol de votre carte SIM et va demander à activer votre numéro de téléphone sur une nouvelle carte SIM, que lui possède. Pour convaincre le service à la clientèle au bout du fil, il utilise des informations personnelles (date de naissance, adresse, numéro de client, etc.), qu’il a pu trouver sur Internet ou par d’autres moyens. Une fois l’opération réussie, le pirate peut alors recevoir à votre place des appels et des SMS qui vous sont destinés.
  • Google Autehticator 
    • est un logiciel permettant l’authentification en deux étapes, développé par Google. Le logiciel fournit un nombre de 6 chiffres que l’utilisateur doit donner lors de son authentification, en plus de son pseudo et de son mot de passe. Développé à l’origine pour les services Google (comme Gmail), le logiciel permet de s’authentifier sur des services tiers tels que LastPass, Discord ou Dropbox, Paypal, zoho mail, etc.
  • À la base, l’application est attachée à un seul appareil mais peut être configurée pour multiples appareils
  • Code actif pour 3 mois sur appareils reconnus
  • Fonctionne hors-ligne
  • https://play.google.com/store/apps/details?id=com.google.android.apps.authenticator2&hl=fr_CA 

Openpilot

  • openpilot est un système d’aide à la conduite open source. Actuellement, openpilot remplit les fonctions de régulateur de vitesse adaptatif (ACC) et de centrage de voie automatisé (ALC) pour les véhicules compatibles. Il fonctionne de manière similaire à Tesla Autopilot et GM Super Cruise. openpilot peut diriger, accélérer et freiner automatiquement pour les autres véhicules dans sa voie. 
  • Comment ça fonctionne
    • La plupart des voitures modernes utilisent plusieurs bus CAN (Controller Area Network) pour relier les différents modules de la voiture. Un bus CAN est exposé sur le port OBD2, d’autres se trouvent souvent cachés derrière des panneaux.
    • Openpilot peut utiliser un NEO ou un panda comme interface CAN. Étant donné que la plate-forme est ouverte, il serait facile d’ajouter le support pour OpenXC ou Kvaser ou CANBus Triple
  • Compatible aux systèmes assistés dans un véhicule avec un niveau 2 d’autonomie
  • 1 seule caméra vers l’extérieur et une intérieure qui analyse constamment le visage du conducteur
  • Contrairement à Tesla, ceci permet une conduite autonome sans limite de temps ; tant que le conducteur est attentif à la route, le système autonome restera actif
  • Lance des avertissement si votre attention se détourne de la route ou si le conducteur s’endort
  • Pas besoin de lignes dans la rue, ça détecte automatiquement les bordures de la rue ; fonctionne très bien dans des endroits où AutoPilot de Tesla ne peut même pas être activer
  • Ça vient aussi comma.ai Explorer qui permet de faire rejouer tous vos trajets et annoter les erreurs que le système aurait fait. Tous les informations ainsi que la télémétrie du trajet sont envoyés au serveurs de comma.ai pour permettre d’améliorer constamment le processus
  • Compatible avec la plupart des Hondas et Toyota sur la route ainsi que certains modèles Acura, Chrysler, , GM, Hyundai, Kia, Lexus, Subaru et Volkswagen. Une liste complète est disponible sur leur site : https://comma.ai/vehicles 
  • Le matériel complet coûte environ 1000$ et peut s’installer dans votre véhicule en 15 minutes
  • https://comma.ai/
  • https://github.com/commaai/openpilot
  • $7,000 Tesla Autopilot vs $1,000 Openpilot: Self-Driving Test!

Windows 10

  • Sans commentaires

Sandrine

Réparation 3DS

Compilation de firmware OpenWRT

  • Préparation de Ubuntu pour la compilation :
sudo apt install build-essential libncursesw5-dev python unzip  
  • Obtenir le code source :
git clone https://github.com/openwrt/openwrt.git
cd openwrt
./scripts/feeds update -a
./scripts/feeds install -a
  • Configurer la compilation pour son router :
make menuconfig
  • Dans mon cas j’ai choisi :
“Target System” ⇒ “MediaTek Ralink MIPS”
“Subtarget” ⇒ “MT7620 based boards”
“Target Profile” ⇒ “Lenovo Y1”
LuCI  ---> Collections  ---> <*> luci
  • Compilation :
make -j 4
  • je copie le binaire qui se trouve dans ./bin/targets/…. selon notre router sur le router en utilisant scp
  • Ligne de commande dans le router pour appliquer mise à jour :
sysupgrade -v (le fichier binaire)

Installation d’un serveur MineTest sur ubuntu 18.04 LTS

  • Ajout des repo :
add-apt-repository ppa:minetestdevs/stable
apt update
  • Installation de minetest :
apt install minetest
  • Ajout d’un usager minetest :
useradd -mU minetest
  • Ouvrir le port firewall :
ufw allow 30000
  • Tester le serveur en tant qu’usager minetest :
su minetest
minetest --server
ctrl-c pour quitter
  • Configuration du serveur :
cd ~/.minetest
wget https://raw.githubusercontent.com/minetest/minetest/master/minetest.conf.example
mv minetest.conf.example minetest.conf
  • Dans le fichier minetest.conf on peut modifier le nom du serveur, la description, l’interface sur laquelle le serveur s’exécute, le port, etc
  • Pour lancer le minetest au démarrage du serveur fichier systemd :
[Unit]
Description=Minetest Server
After=network.target

[Service]
Type=simple
User=minetest
Group=minetest
WorkingDirectory=/home/minetest
ExecStart=/usr/bin/minetest --server
Restart=on-abort

[Install]
WantedBy=multi-user.target
  • Activer dans systemd
systemctl enable minetest.service
systemctl start minetest.service

Nous suivre et nous rejoindre

Merci de partager...Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
Share on Reddit
Reddit

3 commentaires

  1. Bonjour,
    TOTP (Time-based-One-time-Password) n’est pas spécifique à Google authentificator.
    Je m’en sers autant que possible via mon gestionnaire de mots de passe Bitwarden (100% open source au passage).
    Cocher la case pour que le code ne soit pas demandé à chaque fois peut marcher… Si on n’efface pas ses données 😉
    Merci pour ce nouvel épisode !

  2. Je n’ai pas encore eu le temps d’écouter l’émission, mais il y a probablement fort longtemps il y avait eu une discussion sur les éditeur texte. Patrick avant essayé visual studio code, mais un peu comme chrome vs chromium la version microsoft ajoute de la télémétrie et probablement autre trucs.

    Et bien, la version style chromium est en fait dans les repo de arch (dire que je l’ai cherché dans le aur en premier…) https://www.archlinux.org/packages/community/x86_64/code/ ou évidemment
    sudo pacman -S code

    Enfin, je crois que j’utilise sublime text depuis peut-être 2012 (heureusement le popup style winrar se ferme avec la touche escape), mais il est sur le déclin et atom était trop lent, don j’ai récemment découvert cette version libre de l’éditeur vs code, ça semble prometteur. Pour les autres, il semble y avoir le projet codium qui fait la même chose, fournir des build automatique de la version open source sans le tracking microsoft https://github.com/VSCodium/vscodium/releases Je ne l’ai pas essayé par contre, mais je ne vois rien à première vu de différent en dehors du logo selon le projet lui-même.

    Enfin, je trouve que ce style d’éditeur avancé avec plugin est plus simple qu’un full IDE et plus pratique qu’un éditeur texte de base (je n’ai jamais essayé vim, c’est vrai) lorsqu’on travaille avec plus qu’un langage à la fois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *