Merci de partager...Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
Share on Reddit
Reddit

Il y a quelques jours, Vincent (un de mes amis et mordu de Linux) a récupéré un vieux Lenovo ThinkPad R60 qui amassait la poussière et lui a installé 2 Go de mémoire additionnelle ainsi qu’un nouveau disque dur plus rapide et plus volumineux (le surprenant Seagate Momentus XT, j’y reviendrai plus tard), Vincent n’étant pas du tout un fervent de l’environnement Gnome ou KDE a toujours préféré les environnements légers et rapides (comme OpenBox).

Comme moi, il a longtemps roulé Archlinux mais voulait passer à un autre distro qui, à ses yeux, lui offrirait un niveau de stabilité qu’Archlinux ne peut offrir (ceci est sujet à discussion mais je respecte l’avis de Vincent), de plus il voulait quelque chose de rapide à configurer et à installer (ça, c’est clair que ce n’est pas la force et le but d’Archlinux) et il recherchait toujours un environnement graphique léger, il a donc décidé de faire l’essai de Lubuntu (http://lubuntu.net). Il s’agit de la fameuse et très populaire distribution Ubuntu mais utilisant l’environnement graphique « LXDE » (http://lxde.org) au lieu de Gnome (ou maintenant Unity).

L’installation s’est déroulé sans problèmes, à part quelques léger irritants avec la carte WiFi qui furent réglé en quelques minutes. À la fin de l’installation et après la première « vrai » connexion (login) une chose qui m’a absolument estomaquée à été affiché à l’écran mais avant de continuer, je dois ici donner un peu de contexte…

Vers la moitié de l’année 2006, plusieurs manufacturiers de notebooks (Dell, HP, Lenovo, Sony et probablement d’autres) on dû faire un rappel pour des millions de piles au Li-Ion utilisés dans la quasi-totalité des notebooks de cette période. Il y a eu des cas extrêmes oû certaines de ces piles on pris feu et on causés beaucoup de dommage matériel et des blessures sérieuses dans certains cas isolés.

Nous retournons maintenant à notre humble Lenovo ThinkPad R60, provenant, vous l’avez sûrement devinez, de cette période. Lorsque Vincent s’est connecté pour la première fois sur ce vieux R60 roulant Lubuntu 11.04, une fenêtre fut immédiatement affichée lui indiquant que la pile au Li-Ion de son notebook était ciblé par un rappel de la compagnie Lenovo… Et si je ne m’abuse (j’aurais tellement dû prendre un « screenshot »), il y avait un numéro pour rejoindre Lenovo ainsi que d’autres informations importantes, tel que le numéro de série de la pile ou du ThinkPad.

Voilà pourquoi après plus de 10 ans d’utilisation de Linux que ce système d’exploitation m’impressionne encore et toujours… Comment se fait-il, qu’une compagnie comme Microsoft avec ses milliards ne puisse faire ce genre de chose (avec Windows 7) et qu’une petite distribution comme Lubuntu, issu d’une compagnie n’ayant pas un millième des ressources financières et humaines de Microsoft, eux trouve moyen de faire une chose semblable? Je n’ai probablement pas besoin de vous dirent à quel point je fus impressionné. Et malheureusement, je ne devrais pas être impressionné, car c’est le genre de chose que nous devrions nous attendre d’un système d’exploitation mais malheureusement nous avons appris à vivre avec la médiocrité.

Le Seagate Momentus XT:

Ce disque dur (dans notre cas, un 320 Go), qui à le vrai dire coûte 2 fois plus cher qu’un disque dur SATA de 2.5 pouces conventionnel (90$ chez NewEgg au lieu 40$) est un étrange petite bête combinant un SSD de 4 Go et un disque dur de 7200 rpm. Pour le prix, je fus très impressionné par ses performances et je vous le recommande. Voici d’ailleurs quelques liens sur le Seagate Momentus XT

http://www.anandtech.com/show/3734/seagates-momentus-xt-review-finally-a-good-hybrid-hdd

http://www.storagereview.com/seagate_momentus_xt_review

Merci de partager...Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
Share on Reddit
Reddit

Merci de partager...Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
Share on Reddit
Reddit

Cet article discute du fameux sujet controversé concernant le nouveau gestionnaire de bureau Unity de Ubuntu. Je ne crois pas me faire beaucoup d’ami(e)s avec cet article, mais c’est mon opinion et expérience personnelle et je tiens à la partager.

Lorsque Canonical a annoncé de que la version 11.04 (Natty Narwhal) de Ubuntu n’utiliserait plus le gestionnaire de bureau Gnome mais plutôt leur propre gestionnaire appelé Unity, ça déclenché une onde de chocs au travers les communautés Linux. J’ai lu des commentaires pout tous les goûts: Des gens qui étaient pour l’arrivée de Unity, d’autres contre et aussi des gens frustrés mentionnant que Ubuntu les avaient laissé tomber. Tout le monde a le droit à son opinion et je la respecte, mais au risque de me répéter, pour moi un ordinateur doit répondre à trois critères importants: Être fonctionnel, facile d’utilisation et gratuit. Pour le reste, que le bureau soit vert, rouge avec les boutons en bas, en haut ou à gauche, ça me laisse totalement indifférent.

Je suis du genre à laisser la chance au coureur, j’ai donc décidé d’essayer Unity pendant une semaine et si je ne réussi pas à m’habituer, je le changerai pour un autre gestionnaire de bureau tel que XFCE ou LXDE ou tout simplement aller vers une autre distribution, il y en a plus de 200 disponibles. Donc, au risque de choquer ou frustrer quelques personnes, je crois que Ubuntu est sur une lancée très proactive face au futur de Linux, donc si ça ne fait pas votre affaire, installez un autre gestionnaire de bureau ou une autre distribution; c’est justement ce qui rend Linux si attrayant, vous avez le CHOIX.

Avec ceci dit, mes premières expérience avec Unity ont été quelque peu mitigées: Je trouve bonne l’idée de la barre de Lanceurs à gauche qui se cache automatiquement pour donner un maximum d’espace disponible à l’écran, surtout que la majorité des écrans aujourd’hui ont un ratio de 16:9 (plus large que haute). Je n’ai pas trouvé la manipulation de Unity très conviviale; des choses aussi simple que de déplacer un lanceur sur la barre exige que l’on clique sur le lanceur, le déplacer vers la droite pour le retirer de la barre et aller l’insérer à l’endroit voulu. Le concept est effectivement très simple, mais quand on ne sait pas comment ça fonctionne, on a tendance à vouloir faire glisser le lanceur par dessus les autres avec un mouvement vers le haut ou vers le bas, mais ça ne fonctionne pas de cette façon. Je n’ai pas non plus trouvé de façon élégante d’ajouter des raccourcis à un lanceur, comme par exemple, je voulais me créer un lanceur appelé Libre Office qui avec un clique droit m’afficherait les choix Writer, Calc, Impress, etc. J’ai trouvé comment ajouter des raccourcis aux lanceurs mais il faut se servir de l’éditeur pour en venir à bout. Mon prochain article portera justement sur la personnalisation de la barre Unity.

Pendant les premiers jours d’utilisation de l’interface Unity, j’ai pu analyser mon comportement en tant que programmeur et déceler rapidement ce qui m’irritait dans Unity: Malgré que je sois un programmeur et de type clavier, j’essaye d’utiliser au minimum la souris, j’ai constaté que lorsque je veux changer d’application, je suis machinalement porté vers la souris pour sélectionner l’application que je veux, donc j’utilise rarement le ALT-TAB ou autre combinaison de touches pour changer d’une application à l’autre. Imaginez le scénario suivant; je suis en train de programmer et je veux aller vérifier quelque chose dans une autre application ouverte, je dois déplacer mon curseur avec la souris sur le coté gauche de l’écran, attendre que la barre de lanceurs s’affiche avec une certaine animation, je dois visuellement repérer l’application voulue dans la barre et cliquer dessus, attendre que l’application s’affiche et que la barre de lanceurs se referme avec une animation. Tout cela est bien jolie mais pas tellement fonctionnel pour moi.

Je me suis donc demandé qu’est-ce qu’il y avait de différent dans mon bureau Gnome comparativement à Unity et finalement constaté que dans Gnome, le panneau principal contenant la liste d’applications ouvertes, restait toujours affiché à l’écran. J’ai donc désactiver l’option « Auto hide » de la barre de lanceurs Unity et j’ai réduit la taille des icônes à 32 x 32. Voilà, la solution était toute simple; malgré le fait que mes yeux fixent la fenêtre de l’éditeur pour programmer, la barre de lanceurs et les applications ouvertes demeurent dans mon champ de vision et je peux y accéder rapidement sans attendre que la barre s’affiche.

J’utilise Unity depuis ce jour et je n’ai aucune intention de revenir en arrière car je suis maintenant plus fonctionnel qu’auparavant; j’ai ajouté des lanceurs dans la barre pour mes applications les plus utilisées et je navigue rarement dans les autres applications. J’ai même installé un indicateur dans la barre du haut me permettant d’afficher le menu comme dans Gnome auparavant mais je ne l’utilise jamais, je préfère utiliser Unity.

En conclusion, je dois admettre que j’aime beaucoup l’interface Unity et toute cette expérience m’a permis de constater encore une fois à quel point l’utilisation d’un ordinateur et la configuration de son aspect visuel est une question de goût personnel et comme tout le monde le sait, les goûts ne sont pas discutables.

Merci de partager...Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
Share on Reddit
Reddit